11 décembre 2008

Un nouveau jour sous le soleil de la steppe ouzbèque

Imaginez un soleil lointain mais diffus, de douces et délicates collines vertes, un ciel bleu azur où courent des nuages immenses et une chaîne de monts enneigés qui font se rejoindre cette étendue bleu et verte : c’est dans ce décor digne des chevauchées de Gengis Khan que s’est déroulé devant nos petits yeux ébahis un bozkachi (ou « attrape-chèvre ») donné à l’occasion de la circoncision du petit-fils d’un notable du coin. !

Après avoir dégustés l’incontournable plov de bienvenue- l’homme de la steppe bien que rude sait rester courtois- on pouvait compter (avec nos doigts suintant l’huile de coton) plus d’une centaine de cavaliers lancés au galop ! Les spectateurs (masculins) étaient dispersés autour de cette arène naturelle que forme la pente des collines. Quelques-uns à cheval et d’autres à pied, des hommes de tous âges étaient venus assister et participer à cette festivité. Attention, n’allez pas vous imaginez de banals gradins et des barrières autour desquelles l’on s’attroupe gentiment dans le plus grand respect des normes de sécurité...Non, le bozkashi est un jeu qui fait aussi participer le spectateur lambda et ce pour notre plus grand bonheur (si on ne meurt pas écrasé sous les sabots d’un cheval en furie...) .

 Car si le but de ce jeu est d’attraper et de coincer sous sa cuisse un mouton ou une chèvre à qui l’on a coupé la tête et le bout des pattes et que l’on a rempli de sel pour rendre le corps plus lourd (celui-ci pèse à peu près 40kg ) le spectateur ne se tourne pas les pouces : car du haut de la colline la bête n’est souvent pas visible...alors si la bête ne vient pas à nous c’est nous qui irons à la bête (se sont sûrement dits les tout premiers spectateurs de bozkashi ) ; bref, vous imaginez la folie au milieu de la mêlée !! Sinon pour les moins téméraires, les organisateurs vous proposeront un camion-remorque amménagé en buvette..c’est très original, avec les chaises et tables en plastique rouge l’effet est réussi ( à faire palir de jalousie les Guetta qui auraient mieux fait d’aller faire un tour du côté de la ruralité...) ; si vous regardez bien la photo on y distingue des papis cavaliers, sortie organisée par la maison « le bozkachi : toujours présents ! » 

Posté par nakissa à 10:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Un nouveau jour sous le soleil de la steppe ouzbèque

    ouaaa

    super on dirait un extrait de roman tiré de l' asie !!!! bravo

    Posté par kiki, 28 décembre 2008 à 10:33 | | Répondre
  • ce ne sera pas aussi stupide que le precedent

    Moi , mon adresse ...


    La vie , les femmes , et marc toutant

    Posté par PG, 29 décembre 2008 à 18:45 | | Répondre
Nouveau commentaire